Avoir son chez-soi et accéder à la propriété est un des caps les plus importants à passer dans sa vie. Seulement, entre le financement, le choix du type du bien à acquérir et les différentes démarches, il n’est pas si évident de s’y retrouver. Heureusement, il suffit de connaître quelques points.

Comment bien choisir son bien immobilier ?

Voici quelques conseils :

  • Neuf ou ancien : l’immobilier ancien peut avoir son charme surtout s’il fait appel à des techniques architecturales traditionnelles, tandis que le neuf attache plus d’importance à l’aspect pratique, au confort, aux performances énergétiques et à la fonctionnalité. Souvent les logements anciens ne prévoient pas de places de stationnement ou de balcon et nécessitent des travaux d’adaptation. Le neuf s’accompagne de frais de mutation qui s’élèvent à 5.8% du prix du bien tandis que dans le neuf, une TVA de 20% (5.5% pour certains biens) s’applique et est incluse dans le prix.
  • La situation du bien immobilier : celui-ci doit se situer à proximité des écoles, des services et des transports. Ce sont des points qui vont vous faciliter la vie quotidienne mais qui joueront aussi sur la rapidité de la revente.
  • L’environnement du bien immobilier : pour une nouvelle vie sans désagréments sonores et olfactifs, mieux vaut être très attentif à son environnement. Par exemple, vivre près d’une boîte de nuit ne sera pas de tout repos.
  • L’état du bien immobilier : certains détails peuvent vous échapper si vous n’êtes pas suffisamment attentif. L’isolation thermique de l’habitation, les infiltrations d’humidité et les travaux à prévoir de manière générale sont autant de points sur lesquels il est important de se focaliser.

Comment acheter un bien immobilier ?

Que dit la loi sur l’achat immobilier ?

L’avant-contrat (contrat conclu avant la signature définitive du contrat ferme) définit la date et le lieu auxquels doit avoir lieu la transaction immobilière. L’acheteur doit s’y conformer et effectuer le paiement à la date convenue. L’acheteur doit également s’acquitter de frais d’acte ainsi que de différents frais et impôts.

Financement du bien immobilier

Le recours au crédit est bien évidemment l’option la plus courante. Un apport personnel important permettra de négocier plus facilement les conditions du prêt immobilier. Le calcul du montant que vous pouvez emprunter doit se faire en fonction de votre capacité d’endettement. Il faut, par ailleurs, prévoir tous les frais afférents, comme les frais de dossier et l’assurance emprunteur (qui représente entre 0.2 et 0.5% du montant emprunté). Il est possible de prétendre à des aides financières (le prêt action Logement pour certains types de salariés, les prêts avantageux accordés aux détenteurs de CEL et le Prêt à taux zéro).

Les frais de notaire

Les frais de notaire<:strong> dépendent de l’ancienneté du bien. Ils sont compris entre 2 et 3% du montant du bien s’il est neuf et entre 7 et 8% s’il est ancien.